Joan Ganhaire ou l’écriture difficile

, par Caillon Dorriotz

Dans le Coin Librairie, je souhaite vous présenter un auteur que j’apprécie particulièrement dans la littérature occitane actuelle. Il s’agit de Joan Ganhaire - Jean Ganiayre en français - un médecin de campagne qui aux contacts de ses patients a appris la langue qui avait bercée son enfance.

Il la mettra sur le papier, pour nous raconter des histoires, toutes sortes d’histoires. Certaines viennent de son expérience de médecin, d’autres du tréfonds de son être, à tel point qu’un psychiatre le contactera pour en parler avec lui. Et d’autres, sont plus légères et "heureusement qu’il y a cela, parce que vous savez, autant Los Lobaterras que Lo Reirlutz, que Lo viatge aquitan, ce n’est pas tellement plaisant" à écrire. Mais c’est nécessaire. Et même si je me suis régalé avec les deux romans de cape et d’épée de Joan Ganhaire, si ses romans policiers sont divertissants, je ne le trouve jamais aussi bon que dans ses récits sombres, tragiques, parfois sordides, souvent terribles.

Peu de ces textes sont disponibles en français. On en trouve deux chez Mon Petit Éditeur, dans une traduction de Juliette Durup, que je vous les présenterai dans les semaines à venir. En attendant, vous pouvez découvrir Joan Ganhaire au travers d’un entretien réalisé par l’université de Toulouse.